Actus

Interview | La Caravane Folk initie les curieux·ses du Valenciennois à la musique

À bord de la Caravane Folk, les trois musicien·ne·s de Old Tree’z, sillonnent les routes de Valenciennes Métropole pour initier les habitant·e·s à différentes pratiques musicales autour de l’esthétique folk.

Jusqu’au printemps, ils·elles composent des chansons, testent ensemble des instruments de MAO (Musique Assistée par Ordinateur), apprennent à arranger des morceaux et s’essaient même à la scène… Pour rencontrer ces apprenti·e·s musicien·ne·s, la Caravane fait halte chez nos nombreux partenaires : écoles de musique, structures sociales ou de loisirs, établissements de santé, lieux de diffusion musicale. Les musicien·ne·s de Old Tree’z ne laissent personne sur le bas-côté !

Nous sommes allés à leur rencontre pour savoir ce qui les a motivé à prendre la route et comment se déroulent ces ateliers !

Comment est née l’envie de vous lancer dans cette aventure ?

Mélanie : Ce qui me passionne dans notre métier, c’est que c’est un métier de création mais surtout de rencontre. Un jour ne ressemble pas à un autre et les moments que nous propose de vivre la Caravane Folk sont toujours enrichissants. Le fait de participer à un projet comme celui-là est génial puisque chacun apporte à l’autre. C’est aussi l’occasion d’aller à la rencontre de publics avec lesquels nous n’avons pas forcément l’habitude de travailler. Ça casse nos repères ! Ça nous permet de nous interroger sur notre projet et d’aller plus loin encore.

Romain : Aller à la rencontre de publics différents, les réunir l’espace d’un moment, leur faire découvrir notre façon de penser la musique, la partager avec eux, c’est le principe même de Old Tree’z. Le partage, l’émerveillement et le voyage font partie de nos clefs de voûte. C’est une belle aventure humaine qu’on nous proposait, comment refuser ?

Les ateliers ont démarré depuis quelques semaines. Qui avez-vous rencontré ? Qu’avez-vous commencé à créer en atelier ?

Romain : J’ai principalement travaillé sur le réarrangement de nos morceaux avec des élèves d’école de musique. J’aime beaucoup la manière dont ils s’approprient notre musique ! C’est à chaque fois singulier et enrichissant. On redécouvre nos chansons, parfois on en change le style musical : de la folk on passe au reggae ou au punk !

Moh : Avec les jeunes de la Maison de Quartier de Valenciennes, on a travaillé sur l’écriture de texte et la composition musicale sur ordinateur. C’est toujours surprenant de constater la façon dont les ados pensent la musique !

Mélanie : De mon côté, j’ai animé des ateliers avec des tout-petits et leurs assistantes maternelles. C’est frais ! Nous faisons des jeux musicaux, de l’écoute de son et de l’expression corporelle. Nous avons également commencé à créer des petits instruments de musique.
J’ai également donné des ateliers en Institut Médico-Éducatif avec des enfants de 6 ou 7 ans et des ados. Nous faisons un peu de méditation, de la découverte et de la manipulation d’instruments et nous allons commencer la partie « création musicale ».

« Avec les jeunes de la Maison de Quartier de Valenciennes, on a travaillé sur l’écriture de texte et la composition musicale sur ordinateur. C’est toujours surprenant de constater la façon dont les ados pensent la musique ! » - Moh

Pouvez-vous me dire un mot sur les réactions des publics quand ils s’essaient pour la première fois à une discipline toute nouvelle pour eux ?

Moh : Ils sont souvent étonnés de constater qu’ils peuvent produire de la musique sans être instrumentistes. Surpris de voir qu’un outil dont ils se servent tous les jours, l’ordinateur, est un instrument à part entière et qu’il peut même concentrer un ensemble infini d’instruments ! Je pense que, pour certains, cette expérience ouvre une multitude de possibilités et d’envies.

Romain : Les réactions sont enthousiastes ! Au départ, certains peuvent douter de leur capacité, mais une fois la séance avancée, ils proposent leurs idées, les essayent et en ressortent grandis. Pour la plupart des élèves des écoles de musique, la difficulté n’est pas de jouer de leur instrument mais de se sentir appartenir à un ensemble. Une fois qu’on leur a ouvert les oreilles sur ce sujet, leur façon d’aborder la musique change et s’inscrit dans un travail collectif.

Mélanie : Avec les tout-petits, c’est facile. Ils adorent taper, bouger, chanter. Au début c’est toujours le brouhaha, et puis au bout de quelques minutes, on commence à s’écouter les uns les autres. C’est gagné !
Avec les plus grands, il y a plus de réserve au début. Ils pensent qu’ils n’y arriveront pas. Puis finalement, un jeu après un autre, ils se rendent compte qu’ils en sont tout à fait capables et c’est une grande fierté pour eux.


Tous ces moments d’ateliers sont ponctués de propositions ouvertes à tou·te·s. Fin janvier, Old Tree’z était en concert à la MJC Athena de Saint-Saulve.

Prochains rendez-vous les vendredi 20 et samedi 21 avril dans les médiathèques de Aulnoy-lez-Valenciennes et de Condé-sur-l’Escaut. Ateliers et concerts sont au programme. Nous vous en dirons plus très vite !


Projet mené en partenariat avec Valenciennes Métropole et soutenu par le Conseil départemental du Nord dans le cadre du dispositif Présences Artistiques dans les Territoires.

ARA


301 Avenue des Nations Unies
59100 Roubaix
> Adresse e-mail

Tél. : 03 20 28 06 50
Fax : 03 20 68 06 78
© ARA 2018